Retour accueilDans le cadre de mes activités radio liées aux commémorations du centenaire de la Grande Guerre en général et de la bataille de Verdun en particulier, j’étais, le dimanche 18 septembre 2016 au fort de TROYON. C’est au cours de la cérémonie officielle du fort (le 4 septembre) que j’ai pu converser avec les membres de l’association et caler, avec eux, la date de l’activation radio. Le matin du 18, donc, c’est sous une pluie battante que j’ai pris la route pour me rendre à TROYON. A mon arrivée, le président de l’association, un autre Bernard, venait d’arriver et tout était ouvert. Aussitôt, la discussion s’est engagée, principalement sur les conditions météorologiques du moment. A ce moment, André, également membre de l’association est arrivé entre-temps, propose que je m’installe directement à l’intérieur du fort. Aussitôt dit, aussitôt fait ! Je choisi alors de m’installer dans un des sites emblématiques du fort : le ravelin ! Que dire du moment où, seul avec le matériel, je commence à ériger mes antennes sur un site et à un endroit où nos ancêtres sont passés, ont posé les pieds et où une page de l’histoire de France s’est tournée ! Rien de plus que du respect, d’un profond respect, et d’une énorme envie d’être à la hauteur de l’évènement, afin de ne pas « décevoir » les anciens qui, certainement, de là-haut, nous observent et attendent de voir ce que nous faisons de ce pour quoi ils se sont battus ! J’installe donc l’ensemble de mon matériel à l’abri du ravelin et avant de démarrer les appels radio, j’invite Bernard et André à prendre un bon café ! Là-dessus, Daniel, F6DPR, rejoint le groupe et avant de se « poser » profite également de cette pause-café. Puis vient le temps de démarrer l’activité radio. Dès le premier appel, vers 09h00 locale, il apparaît évident que de nombreux QSO seront effectués car la propagation semble être avec nous et très vite, les contacts s’enchaînent, avec de nombreux départements mais également plusieurs pays d’Europe. Quelques passages en télégraphie sont réalisés mais le principal des contacts est établi en téléphonie. Vers 12h30, la pose médiane a permis de bien discuter, de choses et d’autres, avec les responsables du fort. La reprise de l’activité radio nous aura ensuite emmené jusqu’à 16h00 où, avec les quelques passages de visiteurs, nous avons pu, Daniel et moi, présenter notre activité. Il a fallu penser, ensuite, au démontage de l’installation qui s’est effectué avant que la pluie ne refasse son apparition. Un arrêt au niveau du guichet afin de saluer nos hôtes qui nous propose le verre de l’amitié juste avant de reprendre la route vers le domicile. Au bilan radio, cette journée n’aura pas été des plus prolifiques mais elle aura permis, outre le fait d’effectuer une activité radio dans le cadre du Diplôme des Forts et Châteaux de France, de participer au devoir de mémoire et surtout de rendre hommage aux défenseurs du fort de Troyon dont l’action aura, au final, empêché l’encerclement de la ville de Verdun dès le début de la grande guerre. Je ne peux m’empêcher, lors de mes commentaires sur ces évènements, de préciser que la bataille de Verdun (21/02 au 18/12/1916) aurait très bien pu débuter dès 1914 et que c’est ici, à Troyon , qu’elle a été temporairement « arrêtée ». De retour à la maison, un récapitulatif a été effectué quant aux contacts établis : Une quinzaine de départements Français ont ainsi été contactés dont ceux du 01, 13, 21, 33, 44, 56, 66, 74, 85, 06 ou encore 2A. Avec eux, les européens étaient également intéressés pour la référence 55029 (celle du fort de TROYON) et de nombreux contacts ont été établis avec, dans le désordre, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne, la Hongrie, l’Italie, la Suisse, la République Tchèque, la Pologne ou encore la Grèce. Au total, une centaine de liaisons établies, en espérant que parmi toutes, quelques-unes permettent de faire organiser des voyages sur la région et plus particulièrement sur le site du fort de Troyon dont je tiens à nouveau à remercier très chaleureusement et très particulièrement les responsables pour leur grande gentillesse, leur immense motivation concernant l’entretien de ce site emblématique et leur passion indescriptible pour la sauvegarde, l’entretien et les visites hautes en couleurs qu’ils sont amenés à effectuer sur cet ouvrage. Que les nombreuses visites que je leur souhaite soient le remerciement qui leur est dû pour l’ensemble du travail qu’ils accomplissent pour la mémoire de ceux qui ont combattu là et pour la sauvegarde d’un patrimoine national exceptionnel.